Les Auteurs rencontrés


BILAL

Enki Bilal est né en Yougoslavie en 1951. Son père était le tailleur de Tito. Avec sa sœur et sa mère, il s’installe en France en 1961. Il commence très tôt à se passionner pour le cinéma et la littérature fantastique. Il collabore au journal Pilote en y publiant sa première histoire, puis suivra un premier album. Le succès vient à la fin des années 1970. Son œuvre ne cesse de faire référence à son pays d’origine et aux ex-démocraties populaires. Bilal est considéré comme le plus grand ambassadeur français de la bande dessinée de science-fiction.


ABIRACHED

Zeina Abirached est née à Beyrouth en 1981. Après des études à l’Académie libanaise des Beaux-arts, elle part pour Paris en 2004 pour suivre les cours de l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs. Elle sort en 2006 son premier ouvrage au titre évocateur, Beyrouth-Catharsis. En 2007, elle publie Mourir, partir, revenir, le jeu des hirondelles, récit de son enfance au contact de la violence de la guerre civile. Elle vit et travaille entre Paris et Beyrouth.


TAN

Né en 1974, Shaun Tan a grandi en Australie. Il est diplômé en Beaux-arts et Littérature anglaise à l’Université Western Australia. Il a débuté sa carrière en tant qu’illustrateur de magazine de science-fiction, avant de lancer ses propres BD, qui amènent le lecteur à penser son monde dans une esthétique proche du réalisme magique. Il est l’auteur d’œuvres plusieurs fois primées. Ses œuvres The Rabbit, The Red Tree ou The Lost Thing connaissent le succès. Mais sa bande dessinée la plus marquante reste The Arrival (2007) qui sera traduite dans toute l’Europe, mais aussi en Asie et Amérique du Sud. Shaun Tan est aussi un peintre et illustrateur de pochettes de CD. Il a travaillé récemment pour les Studios Blue Sky et Pixar en tant que concepteur graphique pour des films d’animation.


AURITA

Aurélia Aurita est née en 1980 en région parisienne. Parallèlement à des études de pharmacie, elle débute une carrière de dessinatrice de BD, publiant ses premières histoires courtes dans Fluide Glacial. Invitée à participer au collectif Japon, paru fin 2005, elle se rend une première fois dans l’Archipel. C’est le coup de foudre. C’est à Tôkyô qu’Aurélia Aurita réalise les surprenantes pages de Fraise et Chocolat. Paru en français en mars 2006 puis en quatre autres langues, l’ouvrage reçoit un accueil exceptionnel.


MAHMOUDI

Halim Mahmoudi est né en France en 1977. « Français d’origine algérienne » selon ses propres mots, il a grandi dans les cités de banlieue. Ses deux premiers albums, Arabico et Un monde libre sont une réflexion sur la question de l’identité et de l’intégration. Il vit et travaille à Toulouse.


BOUDJELLAL

Farid Boudjellal, né en 1953 à Toulon, est issu de l’immigration algérienne par son père et de l’exode arménien par sa mère. Dés les années 80, il fait de l’immigré non plus un personnage secondaire mais un personnage central, voire le « héros » de ses récits dessinés. La parution de L’Oud en 1982 marque un tournant important dans sa carrière. Cet album, qui paraît au moment du grand boum médiatique des beurs, et notamment peu avant la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, connaît un grand succès. Il vit et travaille à Paris.


BARU

Hervé Baruela, dit Baru, est né en Lorraine en 1947 d’un père italien et d’une mère bretonne. Baru débute en 1982 dans Pilote, puis publie son premier album deux ans plus tard. Après de nombreux ouvrages, il publie à partir de 1998 une nouvelle série d’albums, Les années Spoutnik, dans laquelle il raconte les aventures des enfants d’immigrés italiens dans les cités ouvrières de Lorraine des 1950.


BALOUP

Clément Baloup est né en 1978 à Montdidier dans la Somme. Son père est d’origine vietnamienne. Le 30 avril 1975, c’est la chute de Saïgon, la fin de la guerre du Vietnam et le départ massif des boat people vietnamiens qui fuient les violences du régime communiste. Nombre d’entre eux arrivent en France. Ce sont les ‘Viêt kieus’. Dans ses deux premiers albums, Clément Baloup transmet cette mémoire des expatriés à travers des témoignages forts, recueillis d’abord en France puis aux Etats-Unis.


MUNOZ

José Muñoz est né en 1942 à Buenos Aires. En 1972, il quitte l’Argentine pour des raisons professionnelles. La dictature militaire qui s’instaurera en 1974 lui interdira le retour. Il se rend à Londres puis en Espagne où il rencontre Carlos Sampayo, exilé Argentin comme lui. Il s’établit entre les deux hommes une grande et amicale complicité. Après un passage par l’Italie, il s’installe finalement à Paris. José Muñoz est considéré comme un des maîtres de la bande dessinée contemporaine.


BAUDOIN

Né en 1942 à Nice, Edmond Baudoin va abandonner une monotone carrière de chef comptable pour se diriger vers la création artistique. Il glisse ses premiers courts récits de BD dans le Canard Sauvage en 1974, puis dans Circus, Pilote et l’Echo des Savanes. Approfondissant son graphisme impressionniste et suggestif, il publie ensuite une série d’ouvrages à caractère autobiographique chez Futuropolis. Lorsque cet éditeur est repris par les éditions Gallimard et se limite à la mise en valeur de textes littéraires, il illustre des œuvres de Le Clézio, Tahar Ben Jelloun et Jean Genet. L’artiste se tourne ensuite vers les petits éditeurs alternatifs qui commencent à foisonner en marge de la production traditionnelle. S’interrogeant régulièrement sur la relation qu’entretient un artiste avec son œuvre, Edmond Baudoin est un conteur intimiste au graphisme puissant et poétique.